Merci de pivoter votre appareil en mode portrait
01.12.22 - 13.01.23
Group show/THERE WILL NEVER
BE A BEAUTIFUL
SUICIDE
Le 1er mai 1947, une jeune femme se jette du poste d’observation de l’Empire State Building. Elle chute de 86 étages et s’écrase sur la limousine d’un diplomate de l’ONU. Un étudiant en photographie se trouve non loin de là et prend plusieurs photos du cadavre juste après le crash. L’une de ces photos, en contre plongée, montre cette femme comme endormie dans un cocon de tôle froissée. On pourrait presque croire à une gravure de mode tant son air paisible contraste avec la violence de son geste. Le cliché est ensuite vendu à Life Magazine qui le publiera avec la légende: “The most beautiful suicide”. Dès sa publication, le cliché fait sensation. Il sera réutilisé par de nombreux.ses artistes, de Andy Warhol à Taylor Swift, immortalisant à jamais cette jeune femme dans l’imaginaire collectif américain.

Ce que la photographie ne montre pas, c’est la note griffonnée par la défunte que l’on a retrouvée dans sa poche. Elle demande à ce que sa dépouille soit incinérée pour qu’aucune trace de son corps ne subsiste. Elle ne souhaite pas que sa famille ou quiconque d’autre puisse se souvenir d’elle. Elle raconte que son petit-ami l’a récemment demandée en fiançailles, mais elle est persuadée qu’elle ne ferait pas une bonne épouse, car elle ressemblerait trop à sa mère.

La force esthétique de cette photographie est indéniable. Elle est fascinante à bien des égards. Seulement, elle ne respecte pas les ultimes volontés de la macchabée. Son nom est d’ailleurs jeté en pâture aux lecteur.ices avides de frissons. Pire encore, en arguant qu’il s’agirait du plus beau des suicides, l’hebdomadaire sous-entend une classification de la souffrance, une hiérarchie entre les tragédies, une évaluation du désespoir. Un suicide est avant tout une tragédie personnelle, une tragédie qui devient celle de toutes les personnes qui ont connu l’individu qui n’est plus. Des proches qui se torturent en se questionnant : auraient-iels pu y changer quelque chose ? Quiconque ayant connu ce sentiment d’impuissance teinté de culpabilité sait que jamais il n’y aura de beau suicide.

Nous ne saurons jamais pourquoi certain.es ont décidé.es de mettre fin à leurs jours. Il est toutefois possible de montrer à celleux que nous aimons pourquoi chaque instant vaut la peine d’être vécu. S'il est hélas trop tard pour conjurer les tragédies passées, il n’est jamais trop tôt pour s’atteler à dissoudre celles susceptibles de survenir. En allant à l’encontre d’une certaine logique productiviste du bonheur contemporain, en acceptant l’idée même qu’il est autorisé de ne pas aller toujours bien, peut-être que la parole liée aux détresses mentales et psychologiques se libérera, pour que plus jamais une telle tragédie ne se reproduise.

“There will never be a beautiful sucide” est une exposition qui rend hommage à tous.tes ces anonymes qui ont décidé de mettre fin à leurs jours et que l’histoire ne retiendra pas. C’est une exposition qui rend son anonymat à cette femme qui ne souhaitait rien d’autre que d’être oubliée. Ce projet est une invitation lancée à 35 peintres qui ont pu se saisir librement de cette photographie. Iels forment une communauté de l’instant, dont les productions éclectiques et foisonnantes sont à leur image, dans un carambolage d’esthétiques, de sensibilités et de convictions.

Texte et commissariat : Andy Rankin

Liste des artistes présentés :

Annabelle Agbo Godeau - César Bardoux - Jimmy Beauquesne - Louise Belin - Abdelhak Benallou - Diane Benoit du Rey - Mathias Bensimon - Raphaëlle Bertran Pinheiro - Pauline Bertholon - Marie Boyer - Cyril Debon - Gaspard Girard d'Albissin - Ludivine Gonthier - Antonin Hako - Julien Heintz - Augustin Katz - Oleg de la Morinerie - Louis Le Kim - Antoine Leisure - Simon Leroux - Marco Mastropieri - Samir Mougas - Raphaël-Bachir Osman - Kim Ouddane Munn - Brieuc Remy - Pedro Ruxa - Lassana Sarre - Ugo Sebastiao - Siam - Lisa Signorini - Louis Somveille - Thomas Vergne - Charlie Verot - Pedro Ventura Matos - Gaspar Willmann

vidéos

Interview: Andy Rankin

Mini Cart